La SEDAM (Société d'Etude et de Développement des Aéroglisseurs Marins) était une filiale de la Société BERTIN au même titre que la Société de l'Aérotrain. Fondée le 9 juillet 1965, elle était basée à Marignane, près de l'étang de Berre.

Voici son histoire, résumée par Pierre du site Aérotrains et Naviplanes.

Sa première réalisation d'importance est la construction de 2 aéroglisseurs de 30 tonnes, les Naviplanes N300. Sortis d'usine en décembre 1967 et mars 1968, les deux engins sont différents : alors que le Baie des Anges est destiné à transporter du fret, le N300 La Croisette est muni d'une cabine lui permettant de transporter 90 passagers. Ils sont exploités un temps sur un service reliant l'aéroport de Nice et les villes de Cannes, Saint-Tropez, Monaco et San-Remo.

En 1971, La SEDAM livre un nouvel appareil : le Naviplane N102. Plus petit que ses prédécesseurs, cet engin peut transporter 2 pilotes et 12 passagers. Plusieurs exemplaires de N102 sont vendus. L'un en particulier assure quelques temps la liaison par la mer entre les stations du Languedoc-Roussillon. Les départements de la Loire en achètent également un en pensant l'utiliser pour faire visiter les Châteaux. Malheureusement, le jour de l'inauguration, l'appareil tombe en panne de turbine avec le Préfet à son bord !

En mai 1971, le département de la Gironde se porte acquéreur du N300 Baie de Anges. Cet appareil, transformé, est utilisé à partir de l'été 1972 comme bac entre les communes de Blaye, Lamarque et Pauillac. Il transporte alors 4 voitures et 38 passagers. Pendant ce temps, le N300 La Croisette entame une série de tests pour la Marine Nationale à Toulon.

En 1973, la SEDAM, alors en mauvaise passe financière, réussit à intéresser l'Etat et des sociétés privées à ses projets. Elle obtient bientôt un contrat pour l'étude d'un aéroglisseur de 260 tonnes, le Naviplane N500. Deux commandes sont passées, l'une émanant du département de la Gironde, l'autre de la SNCF. Plusieurs options d'achat sont également prises, notamment par le Canada.

En décembre 1975, la SEDAM s'installe à Pauillac, en Gironde. Les études du N500, menées par l'Ingénieur Paul GUIENNE (qui avait déjà dirigé les études sur l'Aérotrain) s'accélèrent enfin. On construit plusieurs maquettes naviguantes et le Naviplane N300 La Croisette est utilisé pour les essais de jupes. Deux N500 sont donc construits presque simultanément. Le premier, le Côte d'Argent est essayé pour la première fois sur la Gironde le 19 avril 1977. Cette première sortie dure 2 heures et lui permet d'atteindre une vitesse stabilisée de 40-45 nœuds (74-83 km/h). Le 3 mai 1977, alors que l'appareil est monté sur des vérins et que des techniciens travaillent sous ses jupes, l'explosion d'une lampe enflamme le contenu d'un sceau de colle. Le feu prend sous l'appareil et le détruit totalement.

La construction du deuxième N500, le Naviplane Ingénieur Jean Bertin se termine quelques temps plus tard. Il arrive à Boulogne le 30 novembre 1977 après un périple de 850 milles (1570 km) effectué en 25 heures. Dans le même temps, la SEDAM moribonde est reprise par l'entreprise DUBIGEON-NORMANDIE. Le N500 Ingénieur Jean Bertin entre en service le 5 juillet 1978 sur les liaisons Boulogne-Douvres et Calais-Douvres. Exploité par la société SEASPEED groupant la SNCF et les BRITISH RAILWAYS, il est le plus gros aéroglisseur du monde. Il peut transporter 400 passagers, 55 voitures et 5 autobus. Il est également le plus rapide et établit un record de vitesse sur une traversée entre Boulogne et Douvres à 74 nœuds (137 km/h) de moyenne. L'exploitation du N500 ne fait pourtant pas l'unanimité. Prétextant une rentabilité trop faible, la SNCF se dégage de son exploitation et le vend aux anglais fin 1981. Ceux-ci demandent à la France de modifier l'appareil, ce qui est fait à Boulogne en 1982 (modification des jupes, ajout d'évents augmentant la manoeuvrabilité à faible vitesse...).

Le N500 est remis en service le 18 mars 1983 sous les couleurs de la compagnie britannique HOVERSPEED, mais son exploitation s'arrête définitivement le 27 juillet. Les anglais prétextent alors une "non conformité au cahier des charges" et le rendent à la SNCF. Laissé à l'abandon sur la plage de Boulogne, le N500 Ingénieur Jean Bertin est découpé par les ferrailleurs fin octobre 1985...




Source : Remerciements à Pierre du site Aérotrains et Naviplanes
.